En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies [ou traceurs] destinés à mesurer son audience.

Les indemnités journalières

Mis à jour le 19/04/2013

Les assuré(es) salarié(es) en arrêt de travail médicalement justifié peuvent prétendre, sous réserve de remplir les conditions requises, au versement d'Indemnités Journalières (IJ) destinées à compenser leur perte de salaire.

 

Pour bénéficier des IJ, l'assuré(e) doit justifier, au cours d'une période de référence (égale pour les cas généraux aux 3 mois précédant l'arrêt de travail), soit d'un minimum de montant de cotisations, soit d'un minimum d'heures de travail salarié.

Si la durée d'arrêt excède 6 mois, de nouvelles conditions, basées sur les 12 mois précédant l'arrêt de travail, doivent être satisfaites.

 

Les IJ sont calculées, dans les cas généraux, à partir des salaires des 3 mois précédant l'arrêt.

Leur montant peut être modifié :

     à compter du 31ème jour d'arrêt ininterrompu, par une majoration si l'assuré(e) a au moins 3 enfants de moins de 20 ans à charge

     ou/et à compter du 1er jour du 4ème mois d'arrêt ininterrompu par revalorisation.

 

Les IJ peuvent être réglées dans le cadre d'un arrêt :
 

  • maladie ; y compris congé d'adoption ;
  • maternité ou paternité
  • allocation journalière maternité : cette allocation concerne les femmes enceintes dont le contrat de travail doit être suspendu à la suite de l'impossibilité de reclassement sur un poste de jour ou sur un poste moins exposé.